Ce qu'il faut comprendre sur l'assainissement COLLECTIF:

 C'est l'ensemble des canalisations servant à conduire les eaux usées par gravité (pente), ou pompage  (poste de refoulement), vers une station d’épuration  chargée de restituer les eaux au milieu naturel après épuration.

Système séparatif : système d’assainissement formé de deux réseaux distincts :

  • un pour les eaux usées
  • un autre pour les eaux pluviales.

Eaux usées : ce sont les eaux de la cuisine, de la salle de bain et des toilettes. Elles sont composées de graisses, détergents, solvants, de déchets organiques ou encore de différents germes.

Eaux pluviales : désigne les eaux de ruissellement générées par des précipitations. Les eaux pluviales peuvent constituer une cause de pollution des cours d’eau : les eaux de pluies se chargent d’impuretés au contact de l’air (fumées industrielles ou autres impuretés), puis elles ruissellent sur les toits des bâtiments et sur les chaussées, où elles lavent en entraînent les hydrocarbures, et les résidus de pneus par exemple.

Gestion de ces eaux par la Communauté de communes

La Communauté de communes dispose de la compétence Assainissement depuis 1973.
L’exploitation des eaux usées est confiée à un délégataire extérieur, depuis le 1er janvier 2015 : VEOLIA EAU
En ce qui concerne les eaux pluviales, la Communauté de communes à la compétence depuis le 24 mars 2006.

Contrôle des branchements d’assainissement

Le premier impératif est que les eaux usées ne doivent en aucun cas se déverser directement dans l’environnement. Ainsi, le raccordement des eaux usées au réseau d’assainissement est obligatoire comme l’édicte le code de la santé publique (Art. L1331 – 1)

Comment savoir si on est bien raccordé ou non ?

Il existe plusieurs manières d’en faire le diagnostic. La plus simple d’entre elles, lorsque cela est possible, est de suivre les différents tuyaux d’évacuation des installations jusqu’à leur terminaison. Les mauvais raccordements couramment rencontrés sont les suivants :

  • la machine à laver installée dans le sous-sol d’un pavillon, et raccordée au tuyau des eaux de pluie ;
  • la gouttière qui se jette dans la canalisation des eaux usées.

Mais la plupart du temps, il n’est pas aisé de faire son propre diagnostic. C’est pour cela qu’il existe deux tests qui permettent de réaliser un diagnostic efficace :

  • Le test à la fumée : le fumigène (paraffine alimentaire) est injecté dans le réseau des eaux usées par un regard de visite. La fumée se propage dans toutes les canalisations, mais aussi par tous les interstices disponibles. Dans le cas d’une erreur de raccordement, la fumée blanche s’évacuera au niveau des chéneaux et/ou des grilles raccordées au réseau des eaux usées.
  • Le test au colorant : il consiste à mettre du colorant dans chaque point d’évacuation des eaux usées, et de contrôler son apparition dans la boite de branchement des eaux usées.

L’objectif du contrôle des branchements est d’éliminer au maximum l’entrée d’eaux parasites dans les réseaux d’eaux usées. Ces entrées causent depuis plusieurs années des dysfonctionnement sur les réseaux et la station d’épuration (surchage hydraulique).

Dans ce but, la Communauté de communes Champagne-Vesle, réalise régulièrement des campagnes de contrôles sur les communes du territoire. En 2014, les communes de Chenay et Villedommange ont été testées.